“ Mon Dieu ! Qu’est-ce que j’ai fait !”

Deux visions d’un même événement destructeur ; 2 destins gâchés par une séparation… Chacun présente sa vision de son divorce… Touchant. (Ceci n’est que fiction pure !!!!)

ELLE

femme-noireJ’ai l’impression que mon histoire est bien banale, mais mon mal être est tel que je ne peux le garder pour moi seule plus longtemps. J’ai divorcé, il y a deux ans. Mariée depuis six ans, j’avais une famille merveilleuse : deux adorables enfants, un mari un peu autoritaire mais honnête et dévoué. À trente et trois ans, j’ai tout gâché. Après avoir eu la preuve qu’il m’avait trompé tout au long de notre mariage et de ses multiples voyages, j’ai rencontré quelqu’un sur mon lieu de travail qui m’a fait tourner la tête… J’avais l’impression d’avoir quinze ans de moins et de vivre une passion délicieuse.

Malgré ce que j’avais construit avec mon mari, j’ai décidé de le quitter et de demander le divorce. Sa douleur et celle de mes enfants ne m’ont même pas fait changer d’avis. Son remords tout comme ses supplications et ses menaces n’y ont rien changé. Aujourd’hui je suis pleine de remords, je ne vis plus avec la personne pour qui j’ai quitté mon mari, L’idylle aura été de courte durée, la réalité prenant vite le pas sur la passion. J’avais espéré que tout serait rose. Finies les crises de colère et la maladie dues aux critiques répétées de mon mari; finies les questions sur mes retards; fini le fait de devoir tout expliquer et faire face à son regard accusateur. Je vois mes enfants une semaine sur deux et je souffre le martyr quand je vois mon ex-mari avec sa nouvelle compagne dont le ventre s’arrondit.

Je ne supporte pas d’avoir fait souffrir mes enfants. Je les ai obligés à vivre une vie dont ils ne voulaient pas, j’ai agi égoïstement, pour un désir éphémère. Ma famille me manque terriblement. Je pioche quelques moments de bonheur dans nos photos de vacances, ou dans les récits de mes enfants qui se remémorent souvent « comme c’était avant ». Je vois un psy depuis huit mois, mais j’ai l’impression de ne pas avancer.

C’est terrible de se réveiller tous les matins en se disant : « Mon Dieu ! Qu’est-ce que j’ai fait ! »

984163-1228670LUI

Je me réveille toutes les nuits pour regarder dans le vide, espérant y voir le bonheur passé avec mon ex-femme. J’avais une famille merveilleuse : deux adorables bouts de choux dont j’ai eu la garde, une femme géniale, quoique chiante par ses silences et ses non-dits frisants parfois le mépris. A trente et cinq ans, après 6 années de mariage, nous avons tout gâché. Mes crises de jalousie continuelles faisant suite à ses aventures extras conjugales inventées ou suggérées, m’ont rendu suspicieux et plus jamais je ne lui ai fait confiance. Faut dire que son attitude ne donnait aucune assurance non plus. Néanmoins elle le justifiait par mon attitude autoritaire et quelques dérapages que j’avais fait dans un passé récent. Je me sentais délaissé et las de me battre, alors j’ai totalement lâché l’affaire et laissé couler la situation jusqu’à la séparation.

Malgré tout ce que nous avions construits, malgré nos projets, j’ai décidé d’arrêter de me battre et de lui accorder la liberté qu’elle semblait réclamer à corps et à cris. Persuadé que j’étais que cela la rendrait heureuse et l’aimer à ce point voulait aussi dire savoir la laisser partir. Et comme toujours, elle était restée impassible, comme si son cœur était déjà ailleurs, ne restait plus qu’à son corps de le rejoindre. Aujourd’hui je suis triste, voire malheureux. J’ai le remords de ne m’être pas assez battu, d’avoir laissé filer la seule femme que j’ai jamais aimée. Et encore plus de donner l’illusion de l’amour à ma nouvelle compagne qui m’a annoncé il y a quelques semaines qu’elle était enceinte. Nos enfants vont la voir une semaine sur deux.

Je peux lire la souffrance dans leurs regards. Je les ai obligés à vivre une situation dont ils se seraient bien passées. En pensant agir de manière altruiste, j’ai détruit la vie de ces magnifiques êtres. Ma femme me manque terriblement, je regrette d’avoir détruit tout souvenir d’elle après son départ. Peut-être y aurais-je parfois trouvé du réconfort. Je suis devenu cet homme que je me refusais d’être : qui boit beaucoup, qui découche ou rentre tard, qui est en permanence en colère. Heureusement mes enfants quelques fois me racontent les semaines avec leur maman et ça met un sourire sur mon visage.

C’est terrible de se réveiller tous les matins en se disant : « Mon Dieu ! Qu’est-ce que j’ai fait ! »

4 réflexions au sujet de « “ Mon Dieu ! Qu’est-ce que j’ai fait !” »

  1. « If it’s not worth breaking-up over, it’s not worth dwelling over. If you’re not going to let the relationship go, then let the issues go so you can get back to loving. Life is too short to always be mad and fighting.. » Tony Gasking

    Aimé par 2 people

  2. Je ne dirai pas mieux que la citation choisie par Ada Jo. Elle dit tout et elle reflète au-delà du divorce, la vie en général. Il faut se battre et ne jamais abandonner tant qu’on a pas l’assurance d’avoir tout fait. Très beau texte.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s