Démocrature

 

Etudiant, Etudiante : selon le Larousse, il s’agit d’une personne qui fait des études supérieures dans une université ou un établissement d’enseignement supérieur, une grande école. Pouvez-vous passer le mot aux militaires camerounais qui ont traité de façon inhumaine des étudiants armés seulement de leurs cerveaux?
C’est signé Luce Mgh

« C’est la démocratie, on ne discute pas! »

200xnxmanif_buea29111680028129-jpg-pagespeed-ic-yje49m0-mwAllongé dans cette rigole, le nez dans cette boue nauséabonde et jonchée de détritus et d’excréments, ma tête maintenue par la semelle de cette botte de bidasse, une expression qu’aimait à me répéter mon oncle Lalas revint la surface: « C’est la démocratie, on ne discute pas! ». Elle prenait tout son sens en ce moment.

Comme un poisson dans ma mare, j’entendis l’un de mes bourreaux s’irriter: « Celui-ci rit! Mon ami, tu trouves que c’est amusant, je vais te faire passer ce sourire méprisant mon petit! ». Ce furent les derniers mots que j’entendis. Ma dernière vision fut la semelle de sa botte s’avançant à vive allure vers mon visage. La douleur fut vive, mais de courte durée car je sombrai presque immédiatement dans le noir absolu…

Curieux ce pays où seuls sont reconnus coupables ceux qui osent élever la voix pour revendiquer leur droits. Quid d’un Recteur d’université qui décide tout seul d’instituer une pénalité financière à des étudiants pour les pénaliser de pas payer les frais scolaires dans les délais impartis. Cela n’est pas délictueux, oh que non!!! Qu’en serait-il alors du paiement de la prime d’Excellence attendue depuis des années, et pourtant promise par le Chef de l’état? Cet argent est probablement entrain de transiter entre les comptes de hauts dignitaires et commis de l’état. Ils en profitent surement pour refaire la liste des bénéficiaires ajoutant au passage les noms des leurs cousins et cousines qui ne sont probablement pas étudiants. Cela non plus n’est pas délictueux.

arme-buea-cameroun

Nos revendications semblaient nous semblaient pourtant ce qu’il y’a de plus simple et normales. Et les démarches entreprises depuis des semaines ne semblaient pas porter de fruits. Il nous est alors apparu qu’il ne restait qu’une chose à faire pour se faire entendre du sommet des collines de la capitale : marcher et exprimer notre ras le bol. Droit que nous confère la constitution. Mais chez nous, toute manifestation qui n’a pas pour but de chanter les louanges et appeler à une nième réélection du tout puissant souverain, est étouffée et réprimée. D’ailleurs à ce propos, ces griots qui organisent dans tous les coins du triangle national des manifestations de soutien au Président, ont-ils seulement des permissions de manifester? Mais bon, cela n’est pas la question, nous ne servons pas le même dessein. Nous rêvons juste à un monde plus équitable, où nos complaintes peuvent être entendues et non étouffées, où nos actions peuvent être saluées pour leur aspect constructif, et non réprimées sous le fallacieux argument de « subversivité ».

« Selon que vous serez  puissants ou misérables, les jugement de Cour vous rendront puissant ou misérables »

Voguant dans ma torpeur, cette fable de la fontaine revint à mon souvenir: Les animaux malades de la peste. « Selon que vous serez  puissants ou misérables, les jugement de Cour vous rendront puissant ou misérables ». Juste que nous misérables, n’avions même pas bénéficié d’un procès. Ni même du droit de nous exprimer. Comme quoi la « paix » tant chérie par notre pays se construisait sur le silence des consciences. Silence volontaire ou imposé, le silence ne fait point de bruits. Mais jusqu’à quand pensent-ils pouvoir nous opprimer? Nous réduire à l’état de loques humaines, transis de froid dans la merde putride qui nous sert de matelas…

[…]Je reviens peu à peu à moi. Je regarde autour de moi, et profitant de la distraction de mes bourreaux, je rassemble le peu de force qui me reste et m’élance dans les dédales sombres de la cité universitaire. Tout de suite pris en chasse par une horde de « mbérés » armés de gros bâtons, tels des bergers ayant pour missions de maintenir le bétail dans un enclos. Autour de moi des cris d’étudiants malmenés dans leur chambres saccagées, pillées et détruites par des hordes de loups lâchés sur une jeunesse qui ne demandait qu’à exprimer son devoir civil. Celui d’être écouté…

pix_1480407128e081208_3

Je me projette déjà à Samedi prochain quand les Lionnes auront gagné la CAN féminine et que le prix de plusieurs produits de premières nécessités va augmenter sans crier garde. Dilué par la joie et l’euphorie de cette ultime distraction et des hectolitres d’éthanol versés à foison sur la petite conscience tentant d’émerger. Mais pour le moment, ne pas me faire prendre, car le combat continue…

2 réflexions au sujet de « Démocrature »

  1. je suis choquée et les mots me manquent pour dire EXACTEMENT ce que je ressens. Quand il faut réprimer voila un Etat qui fait montre d’une force de frappe. Mais quand il faut aller au vrai front tu ne vois PERSONNE.

    Une pénalité financière nimporte quoi!!!! TSUIP

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s