Épicurien : Mon essai « philosophique » sur le Libertinage

En marge du #TBCS5E5, les lecteurs nous ont imposé pour thème Le Libertinage. Les prochaines lignes vous présentent mon approche du sujet. Aujourd’hui, je sortirai un peu de mes sentiers battus, et je vais m’essayer a un style nouveau, une réflexion plus profonde et « philosophique ». J’espère que vous allez aussi apprécier ce virage.

Étymologiquement, Libertin a pour origine le mot latin « Libertinus » qui signifie « Esclave qui vient d’être libéré ». Il est donc quelque peut osé de le limiter a l’entendement contemporain qui voudrait que le Libertin soit celui là qui s’adonne aux plaisirs charnels avec une liberté qui dépasse les limites de la morale conventionnelle. Mettant en sourdine l’aspect émancipateur inhérent même a la notion de Libertinage. De mon humble point de vue, le libertin est un libre penseur, qui s’affranchit des contraintes liberticides liées à l’éthique religieuse, culturelle et sociétale. Il serait donc difficilement associable a une quelconque notion péjorative, tendant a réduire ce courant de pensées aux seules activités libidineuses, reniant ainsi a l’humain la liberté de décider par lui même ce qui pourrait lui être bénéfique.

Libertinage1

La notion de Libertinage telle que nous la connaissons ne prévaut que depuis la deuxième décennie du XXe siècle. Elle a un seul but: remettre en cause les principes jugés puritains des pays occidentaux d’alors. Au sortir de la grande crise et de la première guerre mondiale, les économies occidentales, exsangues, misent tout sur le retour aux principes moraux, sensés selon les dirigeants de l’époque ramener la prospérité qui avait court sous le pouvoir de l’église. La Prohibition aux Etats-Unis en est un exemple patent. Ainsi plusieurs restrictions liberticides vont peu a peu exacerber le peuple et le pousser à se révolter. Le libertinage, prônant une plus grand liberté dans la sexualité, en est une des manifestations. Ses adeptes s’inscrivent en faux contre les mœurs de l’époque qui leur dictent même comment se comporter dans le noir de leur chambre.

Certes aujourd’hui, on y voit plus l’expression de désirs salaces et réprimés de s’adonner a l’échangisme, les clubs libertins, le mélangisme, etc…), mais il ne faut pas occulter le fait qu’à la base, ce sont des actes militants dont le but principal est la lutte pour la liberté, et l’émancipation de la libre-pensée. seule garant de épanouissement de l’homme selon ses défendeurs.

Le libertinage est donc un courant de pensée donc la principale position est la critique du dogme et de la religion. Par extension de toute règle pré-établie visant a cantonner le liberté de penser de l’être humain dans un certain cadre, limitant ainsi l’expression même d’un courant de libre pensée. Plusieurs philosophes et personnalités défendent cet état d’esprit, on peut citer Machiavel, Épicure, Nietzsche pour en citer que ceux-la. les principaux axes défendent l’abolition de la crainte des dieux, de la mort; le bonheur n’est pas une utopie et peut être atteint. Et ceci, juste par la simple volonté de l’esprit humain. Alors l’homme serait capable, juste avec assez de volonté de guider sa vie et en atteindre les objectifs.

Alors pour en revenir à notre époque, la déchéance et la décadence des mœurs, synonyme de Libertinage exprime plus le désir de chacun de s’approprier son corps et en disposer a son aise. Alors pourquoi se limiter à des activités libidineuses essentiellement? La réponse est simple: notre corps est la seule entité donc nous avons totalement le contrôle. Ne pouvant exercer notre droit à nous définir soi même à des aspects très hypothétiques comme la politique, la science, la religion et j’en passe, on se limite donc à le faire avec notre corps. On décide de nos partenaires de jeux, des zones a explorer, des coins où passer notre langue, et on en est le seul maître. On s’adonne a des pratiques sexuelles considérées auparavant comme des hérésies. On le revendique et le défend, ainsi naissent des expressions du style femme libérée, Ouverture d’esprit, pas de tabous, etc. Loin d’être la promotion d’une vie délurée, la libertinage se veut l’expression même du droit de l’homme a disposer de sa propre vie et de ses choix.

La liberté se cache dans les zones les plus sombres de …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s