J’ai osé – Part One

En entrant dans cette boite de nuit, l’objectif était clair pour mon époux et moi. Nous avions pris l’habitude de chasser en meute, je voulais dire en couple comme le couple Alpha dans une meute de loups. Et nous ciblions toujours le même type de proie: des couples aussi délurés que le notre, et donc l’envie de bonne chaire primait sur une quelconque élan égoïste d’exclusivité et de jalousie maladive. Stéphane était mon âme sœur. Dans son ensemble de lin blanc, malgré la pénombre de ces lumières tamisées, je décelais ce torse musclé donc je m’étais repue dans le parking juste avant de pénétrer dans cette antre de luxure et de débauche, l’un de nos coins de chasse préférés, comme le point d’eau pour les prédateurs dans la savane.

big02

Nous formions en apparence un couple tout ce qu’il y a de banal. Mon époux, qui m’avait arraché (Au propre comme au figuré) aux mains d’un être dominateur et manipulateur, était pour moi l’homme parfait. Papa exceptionnel, il était aussi un amant de haut vol. Il avait su révéler la femme délurée qui sommeillait en moi. Il n’était pas parfait, mais il était honnête et aux petits soins pour moi et les 3 filles qui nous avaient été données comme cadeau de notre amour. Cette fusion qui semblait nous unir n’était pourtant pas apparue du premier coup. Passée la passion des premières années, les premiers nuages gris étaient apparus après la naissance de notre deuxième enfant. Je le sentais ailleurs, comme incomplet, et son honnêteté maladive n’arrangeait pas les choses. Je le soupçonnais certes d’aller voir ailleurs, mais jamais je n’osais demander car craignant qu’il l’avoue. Un soir,  ce fut plus fort que moi et je lui posai la question, et ce que je craignais arriva. Il m’avoua qu’en effet, il avait pris l’habitude, une fois par mois de s’accorder une escapade libertine, il me décrivît ce qu’il y faisait. il m’avoua qu’il avait essayé plusieurs de m’en parler, de m’y inviter, mais craignait mon rejet devant tant de choses que j’aurais probablement trouvées abjectes.

J’avais été dévastée. Il faut dire que mon éducation prude et stricte ne me prédisposait pas du tout à ce que je venais d’entendre. Comment même imaginer ce genre de délires! Et pourtant à aucun moment, malgré la trahison je n’avais douté de son amour et de son dévouement pour sa petite famille, de sa loyauté envers moi! Oui il m’était dévoué, mais n’était juste pas exclusif dans sa vie sexuel. Où trouverais-je un homme si complet et imparfait qui me permettait d’être moi? Qui allait me faire découvrir la femme sans vergogne qui sommeillait en moi? Qui allait dans un futur proche me montrer les antres d’un plaisir et d’un désir que je n’imaginais même pas possible? Et en plus, cet homme était un papa exceptionnel, sans exagération aucune, il était de loin meilleur que le mien que j’adorais par dessus tout. Et je pèse mes mots! Cet homme était le mien, et avait un défaut. J’avais décidé pas le perdre pour si peu, et je m’étais un peu intéressée a ce qu’il cherchait à l’extérieur. Et plus l’exploration avançait, plus je découvrais en moi des sensations que je n’avais pas du tout osé imaginer. Il faut dire que j’avais le bon guide…

[…] Nous repérâmes très vite ce que nous cherchions: un couple assis tout seul à une table. nous nous installâmes avec eux. Et en bon expert, Stéphane parvint très vite à les détendre. La tactique était simple, Stéphane s’occupait de la fille, et moi du mec. On ne tarda pas a entrer dans le vif du sujet, leur proposant une soirée échangiste où chacun pourrait donner libre cours à tous ses fantasmes primaires. L’idée sembla plaire a la fille, qui quetta du regard l’approbation de son copain. Une caresse de mes ongles le long de sa cuisse en remontant acheva de le convaincre. Il faut dire que ce que mes doigts avaient touché à travers le fin coton de son pantalon m’avait émoustillée au haut point. Il me tardait de me faire transpercer par cet engin. Alors si d’aventure il avait rejeté notre proposition, je me serais chargée moi même de lui, c’eut été un crime de lèse majesté de laisser s’échapper une proie si bien montée.

rencontres-coquines

C’est avec célérité que nous avons vidés nos verres pour passer au clou de la soirée. Dans la voiture qui nous ramena l’appartement meublé que nous avions pris le soin de réserver, l’ambiance feutrée ne laissait aucun doute sur les activités que nous apprêtions a faire. Moi a l’arrière avec ce jeune homme, ma main caressant son vit que j’avais sorti de son pantalon, imaginant les dégâts et le plaisir qu’il me donnerait dans quelques instants. C’est l’esprit embrumé et la culotte moite que je me penchai pour l’engloutir. Vais-je m’en sortir pensai-je toute excitée. A l’avant, mon Stéphane repoussa gentiment la caresse que voulu lui faire la jeune femme. C’était tout lui ça, la prudence d’abord, il devait nous ramener a bon port avant de laisser libre cour a son esprit grégaire. Dieu que je l’aimais cet homme! Drôle de moment pour penser à cela.

En garant au pied de cet immeuble dans les encablures de Bonapriso, je ne pu m’empêcher de déceler les regards étonnés de nos compagnons d’un soir. Ça faisait toujours cet effet là, un immeuble cossu dans un quartier huppé, de quoi finir de briser les dernières barrières, si d’aventure il en existait encore. Une fois dans l’ascenseur, je me rapprochai de mon époux et l’embrassai suavement, lançant des œillades enflammées au couple qui nous accompagnait pour faire tomber leurs  réserves et leur timidité. J’eu une pensée pour mes gosses qui devaient être endormi. Çà avait du bon de vivre dans la même ville que ses parents! Si seulement ils pouvaient s’imaginer les activités non homologuées auxquelles leur fille allait se livrer pour le reste de la nuit. Ma maman en avalerait probablement son chapelet.

A suivre…

8 réflexions au sujet de « J’ai osé – Part One »

  1. Toute coïncidence ou ressemblance avec des personnages rééls est volontaire. Ce récit n’est pas une oeuvre de pure fiction. Faites au mieux. Un bon moment (hot) de lecture. Merci

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s