j’ai osé – Part Two (-18)

Au fur et à mesure que l’ascenseur montait, l’excitation aussi atteignait des sommets. Je me remémorai les préparatifs que nous avions fait dans l’après-midi pour que notre soirée soit une totale réussite. Mon chéri avait mis le champagne au frais, et moi je m’étais occupée à placer quelques bougies odorantes çà et là. Nous tenions absolument a ce que cette soirée soit mise sous le signe de la volupté, raison pour laquelle, nous l’avions organisée dans notre nid d’amour habituel. Car prévoyant d’avoir en face de nous des débutants, nous étions un peu stressés a l’idée de les amener a expérimenter l’échangisme.

Arrives a la porte de l’appartement, Eric inséra la clé dans la serrure pour nous permettre d’enfin accéder a notre antre de luxure accompagnés de nos proies du soir. Nous nous pressâmes de détendre l’atmosphère. Quelques instants plutard, tout le monde tenait une coupe de champagne entre ses doigts, et très rapidement, nous avons senti les dernières barrières tomber. De l’affinité naissait entre nous, une affinité sexuelle, seule gage de la réussite d’une soirée échangiste. Cette affinité, je l’avais sentie chez Marc, pendant que je m’étais occupée de lui dans la voiture. Je l’avais aussi sentie chez sa compagne quand elle avait frissonné de tout son corps lorsque mon homme avait fait glisser ses ongles le long de sa robe de soie, créant un crissement qui avait achevé de m’inonder…

360x250_ambianceBougies (1)

La taille et le Charisme de Marc m’avaient plu dès le premier regard. Ses cheveux, qui commençaient a tendre vers le poivre sel, étaient soigneusement coupés. Les quelques poils dépassant de sa chemise et son sourire m’avaient tout de suite donné l’envie de passer rapidement aux choses sérieuses. Le constat était le même pour mon homme, il semblait trouver Elsa très sexy. Il faut dire qu’avec le mec qu’elle avait, il était difficilement imaginable qu’il en fut autrement. Grande, mince, noire, des lèvres pulpeuse et un regard de braise. Elle était vraiment belle, et je me me surprenais a penser au fait qu’après cette soirée, je voulais pas la voir traîner autour de mon homme.

Les premières minutes dans cette appartement avaient été marquées par une grande insouciance. Nous avons fait connaissance sans jamais parler de sexe. Les choses se passaient comme quand on reçoit un vieux couple d’amis. Ce serait pourtant mentir que de penser qu’il ne régnait pas dans la salle une tension sexuelle certaine.
Marc me lançait régulièrement de longs et perçants regards. Ses yeux trahissaient son désir qui grimpait. Mes pupilles devaient être aussi grandes que les siennes car je sentais en moi le désir prendre le dessus. De son coté Stéphane semblait très intéressé par Elsa, qui lui rendait la pareille au travers de sourires coquins.

L’album que nous écoutions était fini. Stéphane décida de rentre l’atmosphère un peu plus décontractée encore et il lança une de nos chansons préférées. Une chanson qui accompagne souvent nos soirées coquines passées tous les deux: « Je t’aime, Moi non plus «  de Serges Gainsbourg. Marc et Elsa semblaient a leur aise. Elsa lâcha sensuellement sa greffe malaisienne qui déroula sur son dos des longs cheveux ondules. Puis elle nous pria de l’excuser: elle cherchait la salle de bain. C’est Stéphane qui lui montra le chemin.
J’étais donc seule sur le canapé avec Marc. D’un mouvement délicat, il se rapprocha de moi et me passa la main sur la tempe, m’attirant doucement vers lui. Puis il me souffla un mot a l’oreille. il me trouvait sensuelle. J’étais un peu gênée, moi d’habitude très offensive, mais j’aimais çà. l’excitation me faisait trembler et je ne parvins pas a trouver une réplique aussi sensuelle que la sienne pour lui dire que lui aussi me donnait envie.

Stéphane et Elsa étaient absent depuis un bon moment déjà, mais je ne me faisais aucun doute sur les activités qu’ils devaient avoir labàs. Je buvais littéralement les douces paroles de l’amant que j’allais bientôt découvrir. Un frisson me parcouru le corps tout entier lorsqu’il m’embrassa dans le cou. Ce moment fut interrompu par l’arrivée de nos partenaires de jeu. Ils riaient tous les deux. Le champagne, l’excitation et je pense quelques gâteries dans les toilettes faisaient leur effet. Elsa était plus dénudée qu’elle ne l’avait été toute la soirée, elle tenait en main son soutien gorge et un téton pointait au devant de sa robe. Ça avait du être très chaud dans les toilettes.

La lumière des bougies nous éclairait et la musique flottait dans l’air. Les couples s’étaient formés: Stéphane avec Elsa et Marc avec moi. Nous nous embrassions délicieusement. C’était bizarre, mais encore moins que la première fois que nous nous étions livres a cette expérience. J’avoue que je jetais de temps en temps un regard furtif a mon homme qui avait maintenant la tête profondément enfoncée entre les longues cuisses galbées de Elsa. Quand il réussissait à en émerger, il me lançait des œillades.

culotteMême si c’était pas la première fois que je me livrais a de l’échangisme, je ne savais pas vraiment quoi faire. Marc me facilita les choses, en glissant du canapé avec l’intention de me faire un « cunni ». J’avais toujours ma robe sur moi. Il me déshabilla pas, mais fit glisser délicatement ma petite culotte. Puis il m’embrasse dans l’entrejambe. Merci a ma séance d’épilation intime de la veille. J’étais aux anges. J’étais tellement excitée que j’avais presque oublie qu’a cote mon homme était entrain de se faire sucer par une autre. Sans faire offense a Stéphane, les caresses de Marc étaient divines. Il avait un don pour cela. Une langue en soie.

Je ne pouvais pas rester la sans rendre la pareille. C’était mon tour de m’occuper de lui. Je me mis a genoux et je mis tout mon cœur à la sucer. De leur cote, les 2 autres étaient déjà passes aux choses sérieuses. Je n’avais pas besoin de regarder dans leur direction. Leur respiration et les petits cris d’extase de Elsa me laissaient imaginer le scène. Apres avoir mis un préservatif a mon amant d’un soir, je me suis empalée sur lui. Ils me tenait la croupe avec ses mains à la fois délicates et puissantes. Je n’avais toujours pas retirer ma robe. Je la fis passer par dessus ma tête. Il retira mon soutient gorge et m’embrassa les seins pendant que j’accélérais la cadence.

Puis il se leva et me porta dans ses bras muscles, comme jamais un homme ne l’avait fait avant. J’étais proche de l’orgasme. Je lui ai mordillé l’oreille et je lui demandé de me prendre en levrette. Dans cette position, je pouvais non seulement prendre mon pied, mais également voir comment mon mari et sa compagne se débrouillaient. Elle était assise sur lui, a l’envers et ondulait comme une sirène. Elle était magnifique. Elle se mit aussi à genoux. Nous nous faisions face, très proche l’une de l’autre. Elle m’embrassa avec passion pendant que les hommes s’activaient avec vigueur. Nous avions toutes deux atteint l’orgasme et les hommes ne pouvaient plus en être loin, à entendre le souffle saccadé qu’ils émettaient. L’un comme l’autre retirèrent promptement leur capote et ils nous arrosèrent en plein visage. Ce fut ma première faciale!

C’est repus que nous nous sommes allongés sur le tapis, pour digérer ce moment de pur plaisir partagé avec des inconnus, devenus le temps d’une soirée, les partenaires de choix pour une aventure a nulle autre pareille. Et la nuit était encore longue. […]

2 réflexions au sujet de « j’ai osé – Part Two (-18) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s