Moi Président

Le 2 mai 2012, au cours du débat télévisé de l’entre-deux tours l’opposant à Nicolas Sarkozy, pour le compte de l’élection présidentielle française de la même année, le grand-père de « ma » nation François Hollande (La France est la mère du Cameroun, donc par ricochet son président est le papa du… Ce n’est pas moi qui l’ai dit) prononce ce syntagme aujourd’hui devenu culte. Il a été repris à toutes les sauces (Et peut-être même dans la Sauce), faisant le bonheur des humoristes de tout horizon. Je me suis amusé à relire ce « discours », si on peut l’appeler ainsi. Et j’ai essayé d’imaginer la tête de son adversaire ce jour, tellement ce passage de légende est fort en symbole et en signification. Et cela au propre comme au figuré.moi-president-de-la-republique-tee-shirts-t-shirt-premium-femme

Loin de moi l’idée de faire une analyse politique du texte et des retombées qu’il a eu sur la suite de l’histoire de ce peuple « ami », je laisse cela aux politicards de tout bord ayant, surtout après un mandat désastreux (ça n’engage que moi), eu le loisir d’en tirer une lecture qu’ils légueront à la postérité à n’en point douter. Retournons à notre réflexion.

Délires de Président…

(…) Du haut de l’estrade, derrière ce pupitre en verre, je regardais cette foule en délire qui avait bravé les pluies diluviennes de Douala pour venir m’écouter exposer mon programme pour l’émergence horizon 2055. Je n’en revenais toujours pas de mon parcours pour en arriver là. Moi !!! Aujourd’hui sur le point d’être élu à la tête de l’un des états les plus prospères du monde (un peu de chauvinisme ne fait de mal à personne – si un peu ? Ah-bon ? Bah on s’en fout !). Parlons de mon parcours, je ne m’en souvenais pas curieusement. En fait je me souvenais plus de rien du tout, le blanc total. Seul comptait le moment. Cet instant qui ferait que s’accomplisse les écritures, ma destinée.

Moi président, je ne l’avais imaginé que dans mes rêves les plus fous. Ma vielle mère en verserait une larme. Quel destin pour son rejeton!

Moi président, je ne l’avais imaginé que dans mes rêves les plus fous. Ma vielle mère en verserait une larme. Quel destin pour son rejeton! Mais faut croire que les signes avant-coureurs ne manquaient pas. Au quartier, les jeunes, ne m’appelaient-ils pas « Président » ? Surtout après que j’eus payé quelques tournées de bibine ? N’avais-je pas été le premier Président de KF (Karref Family) l’association caritative la plus puissante du pays? Vraiment les signes avant-coureurs n’avaient point manqué, seul mon esprit, obscurci par mon peu de vision à l’époque ne l’avait pas compris. Les heures de discussions (Vraiment des heures ? hum) autour de plusieurs bouteilles de la nouvelle bière en vogue avaient fini de réveiller mon esprit de politicien, argumentant sur des thèses de politique et d’économie, j’étais devenu incollable sur le thème, et poussé par mes amis, je m’étais lancé. Et désormais ma carrière allait prendre son envol. Mon premier discours de campagne devant un public en délire.

Un discours qui marquait un changement radical dans la pratique politicienne dans ce pays

Je saisis le micro et l’approchai de ma bouche, en proie à des sentiments mitigés. La gorge nouée, une grosse boule semblait y prendre toute la place. Je me demandais si j’allais y arriver. Cet instant dont j’avais rêvé toute ma vie. J’avais travaillé tellement dur pour y arriver. Et cela datait. Seulement j’étais vraiment incapable de me rappeler depuis quand je poursuivais ce projet. Cette case restait désespérément noire et vide. Mais l’avenir étant devant, je devais me lancer et étaler au monde l’ensemble des projets que j’avais pour mon beau pays. Le bruit alentour, assourdissant et très dérangeant persistait. Des clameurs montaient du public, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi, dans l’attente d’un discours historique, devant changer la face du monde ; un discours qui marquait un changement radical dans la pratique politicienne dans ce pays hautement politique ; je ne comprenais pas qu’ils ne fassent pas taire ce boucan pour participer à l’histoire. Néanmoins je devais me lancer, d’ailleurs, je voyais les militants au premier rang me faire de grand signes, probablement pour que je me lance…

(…) Mon discours se passait bien jusqu’à présent. Et la foule semblait en délire et clameurs montant du public « Présiiiii, Presiiiii ». Revigoré par ce soutien de mes fans, je me lançai dans la partie de mon discours que j’avais préparé depuis des lustres, et cela allait être historique !

« Moi Président, je serai plus fort que Chuck Norris, Vin Diesel et Tsimi Evouna! »

Silence de cathédrale dans la salle ! Silence que je prie pour des encouragements à étaler mon programme.

« Moi Président, Il y’aura un vendredi de Pâques et un Lundi de Pâques fériés !! Faut quand même récupérer après s’être reposé autant. »

« Moi Président, je… »

Je sentis qu’on me tirait violemment par le bras alors qu’on m’arrachait le micro des mains. Quel crime de lèse-majesté ! Faire cela à un futur Président ?

7_wazapark_cameroun_72dpi_900px– Mollah, qu’est que tu fous, tu nous fous la honte à tous !!! T’es monté là-bas pour interpréter « Si j’étais président » de Gérard Lenorman, tu t’es pris pour Hollande ou quoi ??? C’était mon pote de toujours, Sammy Bagando, la mine déconfite, probablement mort de honte. Il devait se dire que j’avais ruiner ses chances de finir avec la petite qui l’accompagnait ce soir-là, la célèbre Julie Mbeng.

Retour à la réalité

Je commençais à revenir de mes vapeurs éthyliques. Nous avions décidé de passer la soirée au bar Karaoké Waza Lake, et j’avais entrepris, probablement après une consommation d’alcool indécente de monter interpréter cette chanson. Que m’était-il arrivé ? Je me retrouvai assis au milieu de mes potes hilares aux larmes. Se foutant de moi et essayant de m’imiter. Le regard hagard, j’essayai de me donner de la contenance, et attrapant ma bouteille de « 44 », que je portai à ma bouche, ce geste seul eut raison de moi et je tombai à la renverse, emportant avec moi le peu de dignité qui me restait.

Lorsque je me réveillai le lendemain, j’étais encore à me demander ce qui avait bien pu me mettre dans de tels draps ? Moi d’habitude si calme et … Merde !! Çà me revenait, c’est Leyo !!! C’était la faute de Leyo !!! Fallait écrire pour le TBC sur le thème « Moi Président », et j’étais à la bourre. Donc c’est ainsi que la go la va me stresser tout le temps? Massa je go écrire…

IMG_20170419_095744

Voici un gars qui cherche l’inspiration. TBC Oyé!!!

Pour lire les articles de mes collègues sur le même thème, ci dessous les liens:

Aurore Mondah

Elijah d’Arcy

Fafa Ianjatiana

Fedna Perla David

Laetitia Tonye Loe

Paul Bernard Amgl

Jay Dee Ibock

Sonia Guiza

Thierry Sanzhie Bokally

William Talehc

19 réflexions au sujet de « Moi Président »

  1. Ping : Moi, Président. #TBCS5E1 – Les chroniques de Paul

  2. Wèèèèèèèèèè mon ami personnel ci hééééééé! tu m’as tuée de rire!
    Quelle belle façon d’aborder le thème de ce défi! Tout en humour et en finesse. Walaï je ne pouvais pas imaginer que çà allait finir comme çà!
    Je sens que ta valeureuse maman est dépassée par tes choses, onong!
    Alors comme çà pour toi, avec Chuck Norris et Tsimi Evouna on n’est pas sortis de l’auberge hein! Même en 2055 l’émergence ne sera pas atteint??? Tchaï, allons seulement….

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : Moi, Président et Sankariste #TBCS5E1 | MAANDIKO

  4. Ping : Moi Président – Je parlerai de ton amour !

  5. Ping : Moi Président.. Oui Mais… | Pucelle 237

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s